PRESSÉ : La nouvelle génération de graveurs

Exposition du 12 au 29 octobre 2017

Vernissage : Jeudi 12 octobre, de 17 h à 19 h

Oeuvre de Leonard Gerbrandt décédé en 2010
 

Le Centre des arts La Fab de Chelsea est heureux de s’associer à l’École d’art d’Ottawa pour présenter « PRESSÉ », une exposition qui mettra en vedette, six étudiants s’étant mérité la Bourse d‘études en gravure Leonard Gerbrandt. En 2011, l’École d’art d’Ottawa a créé la bourse d’études Leonard Gerbrandt pour honorer la mémoire de ce graveur passionné et professeur dévoué et influent mort dans un tragique accident le 16 octobre 2010.   

C’est avec un immense plaisir que La Fab accueille ces jeunes graveurs représentant la relève de demain: Melissa Blackman (2012), Louise Butler (2013), Delphine Sullivan (2014), Laurence Finet (2015), Julie Mercantini (2016) et Kathryn Ehret (2017). Notre galerie vibrera d’un courant de vitalité et de créativité extraordinaires alors que nos murs s’orneront de gravures d’oiseaux, d’animaux, de paysages et même de sous-vêtements féminins d’époque se déclinant dans tous les styles et toutes les couleurs.

Vernissage le jeudi 12 octobre, de 17 heures à 19 heures : Venez bavarder avec les jeunes artistes, qui seront à La Fab pour le vernissage de leur exposition.

 

LES GRAVEURS

Leonard Gerbrandt 

(Voir l'image ci-dessus)

Leonard Gerbrandt (1941-2010) était un artiste influent qui a oeuvré tant au Canada qu'au Bangladesh et au Kenya. Il a enseigné pendant plus de 32 ans à l'École d'art d'Ottawa (ÉAO), au sein de laquelle il a créé l'atelier de gravure qui porte aujourd'hui son nom. Il a encouragé les étudiants à prendre plaisir à apprendre, à expérimenter et à explorer leur créativité. Il a relié les imprimeurs d'Ottawa et de Gatineau à un réseau international de graveurs toujours actif et a contribué à la création du Ottawa-Gatineau Printmakers Connective. De 1975 à 1984 et en 1991, il a représenté les enseignants au sein du conseil d'administration de l'ÉAO. Leonard est décédé dans un accident tragique le 16 octobre 2010.

Melissa Blackman (2012)

Melissa Blackman est une artiste d'Ottawa qui travaillent sur divers supports, y compris la gravure, la peinture et la photographie.

Diplômé du programme de beaux-arts de l'École d'art d'Ottawa (2013), son travail s'inspire de choses qu'elle perçoit comme étranges et effrayantes, mais qui peuvent sembler banales ou sans intérêt. Il y a souvent derrière son œuvre un récit qu'elle livre au moyen de différentes techniques lorsqu’elle explore le sujet.

Au cours des dernières années, son travail s'est concentré principalement sur la relation complexe entre l'humain et la nature.

Louise Butler (2013)

En 2014, suite à une longue carrière en enseignement, Louise Butler a reçu un diplôme de l’École d’art d’Ottawa. Lors de ses études, elle a développé un intérêt particulier pour la gravure et les techniques mixtes.  Ce qui l’interpelle est le jeu des couleurs sur les surfaces variées – le papier, le bois, le canevas.

Cette série de monotypes est inspirée de ses visites récentes en Provence. « Je cherche à transmettre la beauté des paysages éclatants de couleurs des plaines de lavande et de tournesols et des carrières d’ocre. »

 

Delphine Sullivan (2014)

Delphine Sullivan est une graveuse et graphiste basée à Ottawa. Elle est récemment diplômée du programme de beaux-arts de l'École d'Art d'Ottawa et est actuellement inscrite au programme de graphisme du Collège Algonquin. Ses gravures combinent les lignes rigides des formes géométriques aux lignes et motifs organiques trouvés dans le monde de la nature.

 

Laurence Finet (2015)

Laurence Finet est inscrite en dernière année du programme de diplôme de beaux-arts de l’École d’Art d’Ottawa. En 2014, elle décide de se concentrer sur le développement de sa pratique artistique. Elle a participé à diverses expositions de groupe. Son travail est reconnu par plusieurs prix d’excellence.

 

Julie Mercantini (2016)

Julie Mercantini est en deuxième année au programme de diplôme de beaux-arts de l'École d'art d'Ottawa. Les gravures présentées dans cette exposition faisaient partie du dossier qu’elle a soumis pour obtenir la bourse Leonard Gerbrandt. Elle souhaitait créer une série de gravures de sous-vêtements féminins d’époque, mais a constaté que les vêtements en taille réelle étaient trop grands pour sa plaque d’impression.  Elle a donc cousu elle-même des sous-vêtements de plus petit format pour pouvoir réaliser son projet.

 

Kathryn Ehret (2017)

Kathryn est actuellement étudiante en troisième année au programme de diplôme de beaux-arts à l'École d'art d'Ottawa. L'an dernier, elle a appris les différentes techniques de la linogravure, de la gravure sur bois et de la gravure sous la direction de Rob Hinchley dans le cadre de son cours Introduction à la gravure. Pendant cette période, elle a produit cette série d’oeuvres qui lui a valu la Bourse d'études en gravure Leonard Gerbrandt. Inspirée par le concept du «multiple», associé à un intérêt pour le mythe, l'ésotérisme et l'expérience mystique, la série part du principe que quelque chose d'essentiellement irréel peut acquérir une qualité tangible à mesure que l'idée se perpétue à travers les générations.